ACCUEIL
  • Accueil
  • News
  • Annonces
  • Agenda
  • DOSSIERS
  • Dossiers
  •  
    ANNUAIRES
  • Sélection de liens
  • Formulaires
  • PRIVÉ
  • Espace adhérents
  •  
    RÉCITS
  • Récits
  •  
    ACTIVITÉS
  • Activités
  •  
    PHOTOS
  • Les galeries
  •  
    COMMUNIQUER
  • Nous écrire
  • Livre d'or
  • Plan du site
  • Forum
  • Chat
  • TÉLÉCHARGEMENT
  • Téléchargement
  • galerie-athar
    fesfestival
    menara
    institut fes-meknes
    ambafrance - presse
    consulfrance
    marocantics
     
    Accueil/Les Dossiers/Quartiers/Ville Nouvelle
    Introduction histoire de Fès ville Nouvelle 25/08/2006 - Lu 4900 fois
    Histoire


    Il y a 10 ans en 1939 

    Cet article du « Courrier du Maroc » qu’adafes a retrouvé dans les archives est important à la fois pour le point historique mais aussi et surtout pour mieux connaître les Fassis. Cet article a été écrit pour fêter les 10 ans du journal de Fès créé le 9 février 1929. Il devait être le premier article d’une série pour faire le bilan des 10 ans. On ignore si le contexte international de l’époque a joué un rôle, mais cet article fût le seul et l’unique de la série.

    Un essor fulgurant …

    La ville nouvelle de Fès s’est étendue entre Dar Debibagh et la médina. Elle a connu un essor considérable en entraînant le développement de la région. Sur ce territoire la ville s’est développée à partir de points que l’équipe d’adafes est entrain de recenser. Il apparaît les points stratégiques entre 1912 et le début des années 20, autour de Dar Debibagh, de la voie 60 (place Galliéni, actuelle place Ahmed el Mansour en haut de l’avenue Hassan II ).

    L’article du Courrier du Maroc  dresse la situation vers 1929 et conclut ceci :

    « Et c’est en dix ans, entendez vous bien, c’est en dix ans, alors que d’autres pays ont mis cinquante et cent ans pour réaliser la même évolution, que notre cité et notre région ont franchi victorieusement toutes les étapes de leur magnifique croissance. C’est donc en dix ans qu’elles sont arrivées à leur épanouissement, qui n’est pas terminé, si l’on considère les promesses de la situation actuelle »

    Etre fier d’être Fassi

    Toutes les réalisations sont faites par les hommes, par leurs volontés et leurs talents. Les structures politico administratives facilitent certes le travail des communautés humaines, mais elles sont aussi leurs miroirs. Alors on peut dire qu’à un moment de l’histoire nos aînés, nos parents venus de France, Italie, Espagne, Portugal et combien d’autres pays, les marocains musulmans et juifs de Fès ont constitué probablement une « donne » heureuse, pour prendre une expression de jeu de cartes. Ces distributions humaines peuvent être unique et peu imitable. On retrouve cela dans les fabuleux développements d’entreprises, et notamment à notre époque dans la haute technologie, où des rencontres par hasard d’hommes talentueux peuvent créer des valeurs considérables.

    Ce que l’on peut dire pour Fès c’est qu’en 10 ans nos aînés ont développé fortement cette cité. Alors nous en sommes fiers aujourd’hui. Nous avons sans doute aussi hérité cette culture, de ce dynamisme et de cette façon si particulière de voir le monde par l’action et le pragmatisme.

    La Méthode de Fès

    Il sera difficile de décrypter tous les éléments catalyseurs de cette dynamique. Alors y a-t-il eu un Esprit de Fès ? Certes, nous ne pouvons le reprendre dans la mesure où Fouazi Skali donne un sens culturel et humain à l’Esprit de Fès aujourd’hui et qui est repris ailleurs dans le monde. Alors pourra t-on revendiquer une Méthode de Fès ? Sans doute. Ce qui est certain c’est que cette introduction sur l’histoire de la ville de Fès au début du 20ème siècle, a la qualité de souligner le dynamisme des communautés de l’époque.

    Souhaitons que cette façon de voir trouve un prolongement dans le développement actuel de Fès.


     Publicité
    lirairie cybele
    Recherche  
    Newsletter  
    Accès Membres
                s'inscrire
    LoginPasswordMot de passe perdu ?